Da'wah salafiya
salam alikoum wa rahmatoulah wa barakatou Bienvenu merci de vous inscrire ou de vous connecté.

Traduction relative et approchée : "En effet, vous avez en la personne du Messager d’Allah un excellent modèle à suivre, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier, et invoque Allah fréquemment" S33V21
Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident.s33 v36

Le Coran et la Sounnah selon la compréhension des Salafs (pieux prédécesseur)

salam alikoum , les annonces sont automatique , le forum se désavoue des publicités ci dessous , baraka ALLAH ou fikoum pour votre compréhension
calendrier hijir
horloge
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


compteur pour site web gratuit
top islam tawbah
top islam tawbah
bois flotté

Recherchez Ici

seo - referencement
Site référencé par Aquitaweb
Forum
Echange de visiteurs 1:1

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La jalousie des femmes

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 La jalousie des femmes le Dim 30 Déc - 20:28

abou aymen

avatar
Admin
Admin
La jalousie des femmes





L'imam Al Bukhârî (9/320) (...) rapporte d'après Anas radiallahou 'anhou :





" Le Prophète (salât alayhi wa salam) était chez l'une de ses femmes
et une autre de ses épouses lui envoya un plat contenant de la nourriture.

Celle chez qui le Prophète (salât alayhi wa salam) résidait frappa la main du servant qui portait le plat et celui ci se brisa.

Le Prophète (salât alayhi wa salam) dit : "Votre mère a fait une crise de jalousie."

Il fit attendre le sevrant jusqu'à lui donner un plat de l'épouse chez qui il était, et il remplaça le plat cassé par un plat en bon état, alors que le plat cassé resta dans la maison où il fut
cassé".








La jalousie découle de l'altération de l'humeur du coeur qui suscite la colère en raison du partage de ce
qui doit être exclusif. La jalousie atteint son paroxysme dans les relations entre époux. (Voir AL Fath 9/320)







La jalousie est de 2 types : louable & blâmable


 




BUL014
 La jalousie louable est celle qui ne
transgresse pas les limites de la législation.







C'est ce type de jalousie que les ennemis d'ALlâh aimeraient faire disparaître du coeur des gens, car ils
sont conscients de l'importance de la jalousie et savent que lorsque le sentiment de jalousie disparaît, de grands maux font leur apparition, comme la mixité, le manque de pudeur,
l'exhibitionnisme et la corruption.








BUL014
 La jalousie blâmable est celle qui
transgresse les limites de la religion.







Si donc cette jalousie va au delà des limites de la législation, elle est blâmable, car elle pousse à
accuser autrui à tort.







Cela est particulièrement vrai concernant le mari jaloux qui accuse souvent son épouse à tort. Or ALlâh dit
(traduction rapprochée) : 







"O vous qui avez cru ! Evitez de trop conjecturer (sur autrui) car certaines conjectures sont un
péché
"



(sourate Al Hujurât verset 12)







On trouve dans les deux recueils authentiques
d'après Abû Hurayrah que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :


"Prenez garde à ne pas conjecturez, car la
ocnjecture est le plus mensonger des propos".




De même, la jalousie de la femme concernant son époux est louable à condition qu'elle n'outrepasse pas les
limites de la législation.







Un des défauts de la femme est l'excessive jalousie
qu'elle épouvre à l'égard de son mari quand celui ci décide de devenir polygame.



Cette jalousie excessive peut même la pousser à commettre des actes qu'ALlâh a interdits, comme le fait d'avoir recours à la sorcellerie afin que son époux déteste sa coépouse, ou bien pour
l'empêcher de se marier.







Or la sorcellerie est un acte de mécréance.






ALlâh dit (traduction rapprochée) :






"Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Salomon. Alors que Salomon n'a jamais été mécréant mais
bien les diables : ils enseignent aux gens la sorcellerie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Hârût & Mârût, à Babylone; mais ceux ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient
dit d'abord : "Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne sois pas mécréant"; ils apprennent auprès d'eux ce qui sème la désunion entre l'homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à
personne qu'avec la permission d'ALlâh. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert (ce pouvoir) n'aura aucune
part dans l'au delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! Et s'ils croyaient et vivaient en piété, une récompense de la part
d'Allâh serait meilleure. Si seulement ils savaient !
"



(sourate Al Baqara versets 102/103)







Le Prophète (salât alayhi wa salam) a rangé la sorcellerie parmi les péchés capitaux et les actes de
polythéisme.







L'imam Al Bukhârî (5/393) rapporte (...) d'après Abû
Hurayra que le Prophète (salât alayhi wa salam) a dit :


"Evitez les 7 péchés capitaux". Les gens dirent : "Quels sont ils ?" Il dit :
"
Associer d'autres divinités à ALlâh, la
sorcellerie, le meurtre illégitime, consommer les biens issus de l'intérêt usuraire, consommer les biens de l'orphelin, fuir au combat et accuser les croyantes chastes et innocentes
(d'adultère)
".







Al Hâkim (4/217) rapporte le récit suivant :
(...) 'Abd ALlâh Ibn Mas'ud s'introduisit auprès d'une femme (parmi ses proches) et vit qu'elle portait un talisman sensé la guérir de la rougeole.




Il l'arracha alors violemment et dit : "La famille
de 'Abd ALlâh (Ibn Mas'ud) doit se passer de toute forme de polythéisme".




Il dit ensuite : "Une des choses que nous avons appris du Prophète (salât alayhi wa salam) est la suivante :



"Les incantations (polythéistes), les amulettes et l'envoutement (du mari pour qu'il aime sa femme) est une forme de
polythéisme
".



Ce hadîth est hasan comme on peut le voir dans As.Sahîh Al Musnad (2/18)







Il existe d'autres preuves indiquant que le sorcier
est mécréant et qu'il est interdit d'avoir recours à toute forme de sorcelleirie.



Et un sorcier ne peut apprendre la sorcellerie que par le biais des démons.





En outre, causer du mal ou être de quelque utilité
dépend d'ALlâh.



ALlâh dit 
(traduction rapprochée) :






"Et si ALlâh fait qu'un mal te touche, nul ne peut l'écarter en dehors de Lui. Et s'Il te veut un bien, nul ne peut
repousser Sa grâce. Il e n gratifie qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et c'est Lui le Pardonneur, le Miséricordieux
".



(sourate Yûnus verset 107)







"Dis : "Voyez vous ceux que vous invoquez en dehors d'ALlâh ? Si ALlâh me voulait du mal, est ce que (ces divinités)
pourraient dissiper Son mal ? Ou s'Il me voulait quelque miséricorde, pourraient elles retenir Sa miséricorde ?" - Dis : "ALlâh me suffit : c'est en Lui que placent leur confiance ceux qui
cherchent un appui
". 



(sourate Az.Zumar verset 38)







"Et si ALlâh fait qu'un malheur te touche, nul autre que Lui ne peut l'enlever. Et s'Il fait qu'un bonheur te touche ...
c'est qu'Il est Omnipotent
".



(sourate Al An'âm verset 17)







"Quand ALlâh accorde quelque miséricorde aux gens, il n'est personne à pourvoir le retenir. Et s'Il retient Sa
miséricorde, personne ne peut espérer la libérer si ce n'est Lui. Et c'est Lui le Puissant, le Sage
". 



(sourate Fâtir verset 2)







Causer du mal ou apporter un bien dépend donc
d'ALlâh.



Ainsi, toute personne qui a recours à la sorcellerie en pensant que les sorciers peuvent causer du mal ou être bénéfiques indépendamment d'Allâh, est mécréante.




En effet, par son acte, cette personne dément le
Coran, même si elle n'en est pas consciente.




Si en revanche cette personne a recours à la
sorcellerie en considérant que ce n'est qu'un moyen, elle s'est alors égarée, car les moyens légaux sont les moyens licites.





Si tu as recours à la sorcellerie (chère soeur), c'est que tu accordes ta préférence à la vie d'ici bas sur
celle de l'au delà.




Or quiconque préfère la vie d'ici bas à l'au delà s'égare de façon évidente et perdra ce bas monde et l'au
delà en même temps.



 



ALlâh dit (traduction rapprochée) :






"Quant à celui qui aura dépassé les limites et aura préféré la vie présente, alors, l'Enfer sera son
refuge
". (sourate An.Nâzi'ât versets
37/39)







"Quiconque désire labourer (le champ) de la vie future, Nous augmenterons pour lui son labour. Quiconque désire labourer
(le champ) de la présente vie, Nous lui accorderons de (ses jouiussances); mais il n'aura pas de part dans l'au delà
".



(sourate Ash.Shûrâ verset 20)







Attention donc à ne pas sombrer dans cette grande
calamité !



Que Satan ne te trompe pas en te faisant miroiter les plaisirs de ce bas monde et ces désirs éphémères car c'est ainsi qu'il te fera sombrer dans la mécréance, qu'ALlâh nous en
protège.







Et je jure par ALlâh - ô servante d'ALlâh - que ton mari ne te sera d'aucune utilité.



Juge donc ton âme avant d'être jugée.







La jalousie excessive peut parfois amener certaines
femmes à préférer que la polygamie n'ait jamais été légiférée par ALlâh.




Certaines femmes peuvent même aller jusqu'à détester
la loi d'ALlâh pour cela.




D'autres en arrivent à désirer que leur époux meurt
plutôt que d'épouser une seconde femme.




D'autres exemples de ce genre existent. 





Certaines épouses n'en arrivent pas jusque là.



En revanche, elles donnent libre cours à leur langue qui progèrent insultes, médisance et colportage )
l'encontre de la coépouse ... et c'est d'ALlâh que nous implorons le secours.







La position de la femme croyante par rapport à cette situation est d'être convaincue que tout ce qui arrive
découle du décret d'ALlâh.







ALlâh dit (traductions rapprochées) :






"Le commandement d'ALlâh est un décret inéluctable"



(sourate Al Ahzâb verset 38)







"Nous avons créé toute chose selon un décret"



(sourate Al Qamar verset 49)







Quel que soit le malheur qui te touche dans ce bas monde chère soeur, ce n'ets rien comparé à la
préservation de ta religion.







Et ne cesse pas d'invoquer ALlâh, car ALlâh dit (traduction rapprochée) 






"Et votre Seigneur dit : "Invoquez Moi, Je vous répondrai".



(sourate Ghâfir verset 60) 







Tu te dois de repousser la haine qui nait dans ton
coeur à l'égard de ta coépouse.



En effet, c'est une femme comme toi, pourquoi donc en arriver là ?







Si nous étions plus raisonnable, nous les femmes, nous n'occuperions pas notre esprit par de telles choses,
bien que la jalousie animait parfois les épouses du Prophète (salât alayhi wa salam) de la piété desquelles ALlâh a témoigné en ces termes :







"O femmes du Prophète ! Vous n'êtes comparables à aucune autre femme si
vous êtes pieuses".








Un des exemples de leur jalousie réside dans le hadpith mentionné en début de chapitre, (mais aussi dans les
hadîths suivants) :







On trouve dans les deux recueils authentiques le
récit suivant fait par 'Aisha :


"Jamais ma jalousie envers les autres femmes du
Prophète (salât alayhi wa salam) n'a été aussi forte que ma jalousie envers Khadîja, bien que je ne l'aie jamais vue. Cependant, le Prophète (salât alayhi wa salam) ne cessait de parler d'elle.
Il lui aarivait même de sacrifier une bête qu'il découpait ensuite en morceaux pour les envoyer aux amies de Khadîja. Il m'arrivait alors de lui dire : "On dirait qu'il n'existe pas d'autre femme
sur terre que Khadîja !" Il me disait alors : "Elle avait telle et telle qualité, et c'est la seule à m'avoir donné des enfants".








L'imam Al Bukhârî (7/134) rapporte (...) d'après
Aisha :





Hâlah bint Khuwaylid - la soeur de Khadîja - se présenta à la porte de la
demeure du Prophèète (salât alayhi wa salam) et demanda la permission d'entrer. Le Prophète (salât alayhi wa salam) reconnut alors la même façon de faire que Khadîja et il en fut tout secoué. Il
s'écria : "O ALlâh ! Fais que ce soit Hâlah !". Aisha dit : "Je fis alors une crise de jalousie et dis : "Qu'as tu à ne cesser de mentionner cette vieille femme aux gencives rouges de la tribu de
Quraysh, alors qu'ALlâh te l'a remplacée par meilleure qu'elle ?"








"Aux gencives rouges" : allusion est faite ici à la dentition disgracieuse de
Khadîja.



C'est l'avis d'Al Hâfidh qui a dit :
"An.Nawâwî et d'autres ont confirmé la même
chose".




Concernant le propos de 'Aisha dans le hadîth
authentique mentionné plus haut : "Jamais ma jalousie envers les autres femmes du Prophète (salât alayhi wa salam) n'a été aussi forte que ma jalousie envers Khadîja", Al Hâfidh a dit (7/136)
:

"Cela indique que la jalousie est un fait bien réel, et qu'il n'est pas inhabituel de trouver, même chez des femmes
vertueuses, et plus encore donc ches les femmes d'un statut moindre".








L'imam Al Bukhârî (9/310) rapporte (...) de 'Aisha qu'elle a dit :







"Lorsque le Prophète (salât alayhi wa salam) voulait partir en voyage, il
tirait au sort entre ses épouses. Une fois 'Aisha et Hasfa furent choisies. Le Prophète (salât alayhi wa salam) passait ses nuits à discuter avec 'Aisha, et Hasfa dit : "Ne veux.tu pas que cette
nuit nous changions de monture, toi sur la mienne et moi sur la tienne, afin que chacune de nous deux profite du paysage ?" 'Aisha dit : "Certainement". Le Prophète (salât alayhi wa salam) monta
sur le chameau de 'Aisha, sur lequel était Hafsa, il la salua et resta avec elle jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent. Le Prophète (salât alayhi wa salam) manqua tellement à 'Aisha que lorsqu'ils
s'arrêtèrent, elle fourra son pied dans un buisson et dit : "Seigneur ! Fais qu'un scorpion ou un serpent me pique car je ne peux rien dire au Prophète (salât alayhi wa
salam)". 








C'est ainsi que la jalousie se manifeste, même chez
les femmes de compagnons très méritants.





L'imam An.Nasâ'î (6/69) rapporte (...) d'après Anas
qu'on demanda au Prophète (salât alayhi wa salam) :


"Pourquoi n'épouses tu pas des femmes de la
tribu des Ansârs ?" Il répondit : "Car elles sont extrêmement jalouses"
. Ce hadîth
est authentique.







Nous les femmes, sommes plus à même d'éprouver de la
jalousie.



Notre devoir est donc de patienter.



Or un des fruits issus de la croyances au destin est la patience, comme l'a mentionné mon père et maître dans son ouvrage Al Jâmi' As.Sahîh Fil Qadr.







Extrait tiré du livre
"Nasîhatî Linnisâ" - "Conseils aux femmes musulmanes" 




                  
                                                     Cheikha
Umm 'Abdillah Al-Wadi'iya


















Par 3ilm char3i-La science legiferee


-
Publié dans : Femme en islam -

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum